Paroles de candidats – épisode 1

« J’ai adhéré au discours de ses membres – je l’ai trouvé très humain – donc j’ai adhéré tout court. »

Christiane FASS – Candidate de la région Grand-Est

FASSChristiane est assistante maternelle depuis 1977. « C’est le plus beau métier du monde, confie-t-elle, alors comment s’en lasser ? Rien ne vaut le sourire d’un enfant ! » Il y a quelques années déjà, lors d’une réunion dédiée à son activité, elle échange avec ses pairs et découvre la CFTC. « Je me suis syndiquée à cette occasion, explique-t-elle. J’ai adhéré au discours de ses membres – je l’ai trouvé très humain – donc j’ai adhéré tout court. » Le geste de Christiane est alors spontané ; elle n’imagine pas que, quelques mois plus tard, un souci survenu avec des parents la conduira à solliciter une aide. « J’ai bénéficié d’une vraie qualité d’écoute et d’un accompagnement concret de la part de la CFTC. C’est un syndicat très proche des personnes ; il m’a beaucoup soutenue. » Tant et si bien que Christiane décide de se porter candidate CFTC de la région Grand-Est pour les élections TPE. « Si j’ai bien un souhait, c’est que le plus grand nombre d’assistantes maternelles adhère à notre syndicat. Cela permet de rompre l’isolement dont nous pouvons parfois souffrir, de nous rencontrer et, surtout, de rester informées. Le vote est déjà un premier pas en ce sens ! »

André Houart – Candidat de la région Bretagne

HOUART

 André est aujourd’hui technico-commercial à Quimper, au sein d’une TPE de 9 salariés. Mais lors de sa précédente expérience professionnelle, il a connu une situation très dégradée. Une foule de questions en tête, il s’est alors tourné vers le syndicalisme, un univers qu’il ne connaissait pas. « Quand j’ai poussé la porte de la CFTC, j’ai rencontré des personnes très ouvertes, tout à mon écoute. À l’heure où l’humain n’est pas toujours à l’honneur, je vous assure que ça a fait toute la différence ! J’ai donc choisi d’y adhérer il y a cinq ans. » De l’adhésion à la candidature, un immense pas est désormais franchi… Un pas vers les autres, assurément ! «L’investissement des militants CFTC autour de mon propre cas m’a impressionné. Je me suis dit que cette expérience, si négative soit-elle, allait me faire grandir et apprendre de nouvelles choses. Je me suis dit qu’il me fallait rendre la pareille, être moins individualiste… Essayer en tout cas ! » Lorsque la région lui propose d’être candidat, André accepte donc quasi immédiatement. « J’ai intégré la CFTC car j’ai eu un « coup dur »… C’est dommage, j’aurais dû y penser bien avant ! On n’est jamais suffisamment informé de ses droits et obligations. Et le syndicat est là pour ça avant tout. Il permet de ne pas rester seul et d’apporter une aide à la discussion, tout simplement. »

partagez cet article